Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère d'Indre-et-Loire
  • : Ce blog présente toutes les activités de l'Amicale. Vous êtes invités à transmettre vos textes et photos pour enrichir ce blog soit en contactant le Président soit en écrivant à zeraldavert@gmail.com
  • Contact

Profil

  • AALE 37
  • Pierre LORAILLER 
- Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES 
- Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 
- Délégué AALP Région Centre.
  • Pierre LORAILLER - Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES - Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 - Délégué AALP Région Centre.

A.A.L.E. 37

Buts : Entretenir et développer les sentiments de camaraderie et de solidarité qui caractérisent la Légion Etrangère.

Pérenniser le souvenir du Combat de Camerone.

 

Président :

LORAILLER Pierre

Mail : zeraldavert@gmail.com

 

Composition du bureau directeur :

Président d’Honneur : Général de Brigade (2S) BREUILLE Eric (Ancien Chef de Corps du 1er REG)

Vice-Président : BERTHE Francis  (Ancien du 2ème REP)

Secrétaire et Trésorière : Mlle THERET Nadine

 

Administrateurs :  

DUPUIS Rémi

LEBIGRE Yannick

 

Contrôleur aux Comptes :

Lieutenant-Colonel LANGUIN Jean-Paul 

Adjoint : BARRE Jean

 

Porte-drapeaux :

BENYAHIA Hikmat

SPEGAGNE Dominique 

 

Recherche

Musique

28 février 2016 7 28 /02 /février /2016 19:13
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Album photos de l'AG de l'AALE 37 du 20 février 2016
Partager cet article
Repost0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 18:42

 

Les résultats d’un récent sondage de l’IFOP au profit de la DICOD [1] méritent d’être connus et médités en particulier par les responsables politiques:

  • 87% des Français ont une bonne opinion des armées françaises ;
  • 70% des Français, contre 23%, estiment qu’il faut moderniser les forces conventionnelles pour maintenir la crédibilité des armées ;
  • 52% des Français, contre 31%, estiment que le budget actuel de la Défense ne permet pas aux armées de remplir leurs missions de défense ;
  • enfin, 65 % des Français s’estiment mal informés sur les questions de Défense.

 

 

Une armée qui a la confiance des Français.

Peu d’institutions atteignent ce résultat. Si ce niveau de confiance est rassurant pour les armées qui peuvent compter sur le soutien massif de l’opinion, cela devrait conduire les dirigeants politiques à s’interroger sur les raisons qui suscitent une telle conviction de la part de l’opinion publique plutôt que de tenter vainement de faire taire les anciens militaires.

L’armée, en tant qu’institution, a la confiance des Français parce qu’elle cultive d’abord et au plus haut niveau le courage et le sens de l’engagement, c'est-à-dire des valeurs portées par des hommes et des femmes qui les vivent au quotidien en choisissant de servir leur pays au risque de leur vie. Mais le courage et l’engagement ne sont-ils pas des valeurs essentielles qui doivent nourrir une Nation qui veut être à la fois indépendante et rayonnante et ne devraient-elles pas être partagées par l’élite dirigeante audelà de la recherche des seuls succès électoraux ?

 

 

Des forces conventionnelles à moderniser.

Grâce aux explications d’experts ayant une bonne connaissance des questions militaires et relayées par Internet ou dans la presse par de trop rares journalistes, les Français savent maintenant que les matériels dont disposent les armées sont souvent anciens et que les plus modernes sont en nombre insuffisant.

Ils comprennent que, si la dissuasion nucléaire demeure nécessaire, elle n’est pas suffisante et que, si les forces conventionnelles contribuent elles aussi à la dissuasion, ce sont elles qui se battent sur le terrain et dans les airs en Afrique et au Moyen - Orient. Or on sait que le succès ou l’échec au combat dépend pour une large part, de la qualité et de la disponibilité des équipements.

La simple lecture des rapports établis par les parlementaires, en particulier sur le maintien en condition et la logistique en opération, et celle des auditions des chefs militaires par les commissions de la Défense du Sénat et de l’Assemblée nationale suffisent à se rendre compte des effets désastreux générés par les reports et les glissements de programmes d’armement décidés et validés tant par les gouvernements que par les élus qui se sont succédé depuis des année

D’ailleurs, on peut s’interroger sur leurs répercussions pour la sécurité des hommes et des femmes engagés dans ces combats. Ce sont en effet ces petites lâchetés politiques qu’ils paient au prix du sang et parfois de leur vie. Les Français demandent donc, à juste titre, que l’on équipe correctement et tout de suite leurs soldats.

 

 

Un budget de la Défense insuffisant.

Les opérations que notre pays mène en France, au Moyen-Orient et dans le Sahel, pour ne citer que les plus importantes, imposent une remontée rapide de l’effort de Défense français à 2,5% du PIB (hors pensions), c'est-à-dire au niveau où il était en 1991 à la fin de la guerre froide. Cet effort doit être fait au plus vite et en tout cas avant 2025 tant l’état de notre armée se dégrade et ce malgré les quelques mesures de sauvegarde annoncées par le président de la République lors de ses vœux aux armées. C’est donc avec un accroissement annuel de 0,1% du PIB, soit environ 2 Mds €, qu’il faut remonter le budget afin d’atteindre 50 Mds € en 2025. On en est loin, mais sans cet effort continu, l’armée ne pourra plus faire face à ses responsabilités ni remplir les missions qui ne manqueront pas de lui être confiées à l’avenir. D’ailleurs 48% (52% de jeunes) des Français, contre 32%, répondent aujourd’hui « non » à la question : « Avez-vous le sentiment que la sécurité de la France sera bien assurée dans les dix années à venir » ?

 

 

Une information insuffisante sur les questions de Défense.

Les deux tiers des Français se déclarent mal informés. C’est considérable et dangereux alors que le pays est en guerre et que la Nation doit se mobiliser. Dans ces conditions, pourquoi ne pas faciliter l’accès des chefs d’état-major et de certains chefs militaires aux grands médias notamment du service public, à des heures de grande écoute, pour parler des opérations extérieures et sur le territoire national ?

Qui mieux qu’eux peut expliquer les missions confiées aux 35 000 soldats, marins et aviateurs déployés à travers le monde ? De même, au regard des films anglo-saxons, on peut se demander pourquoi le ministère de la Défense n’encourage pas davantage des productions cinématographiques françaises sur les armées. La DICOD ne devrait-elle pas se recentrer davantage sur la communication des armées, plutôt que sur celle du m

Partager cet article
Repost0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 18:40

LA NOUVELLE REPUBLIQUE

VIENNE

 

12/02/2016 05:35

 

L'association des anciens de la Légion étrangère a tenu son assemblée générale à l'aéroport de Biard. Son Président, Jean-Pierre Le Roux, explique le plaisir que ces anciens ont, bien sûr, à se retrouver plusieurs fois dans l'année. L'an dernier l'article paru dans le journal leur a permis de retrouver « dans le Sud Vienne, un ancien légionnaire de 90 ans totalement isolé. Nous avons découvert qu'il avait un passé remarquable. Nous l'accompagnons pour lui faire obtenir une haute distinction, qu'il mérite ».

 

Mais l'association se préoccupe aussi de la mémoire des anciens légionnaires décédés « par le suivi des sépultures que nous entretenons et rénovons ». Le Major Michel Nandron, délégué de la Fédération nationale des anciens de la Légion pour la Région Centre raconte la découverte toute récente qu'ils viennent de faire à Saulgé dans la Vienne. « Dans le cimetière de cette commune, entre deux tombes, il y a un « cénotaphe » (monument funéraire étroit qui ne contient pas de corps) ». Sur sa pierre blanche, on peut déchiffrer : « Armand Jean Benier de Maligny, caporal au Régiment étranger, 3e bataillon, 2e compagnie, né le 17 juin 1838 à Paris, tué le 1er mars 1866 au combat de Santa Isabella près de Paras au Mexique. Son corps chaud fut mangé par les vautours ». Les recherches historiques menées par l'association viennent de confirmer qu'il s'agit bien d'un ancien de la légion étrangère et que les deux tombes de part et d'autre du cénotaphe sont celles de ses parents qui habitaient Saulgé. Le Major indique que l'association va désormais se sentir en charge de ce monument et de la mémoire de cet ancien qu'ils ne connaissaient pas.


En plus de leur assemblée générale, l'association a deux autres rendez-vous chaque année :
La Fête de la Légion, le 30 Avril, anniversaire du combat de Camerone, qui, cette année se déroulera à Scorbé-Clairvaux. Et une "journée champêtre", début septembre, généralement à Ligugé.


L'association cherche un petit local sur Poitiers (gratuité ou mécénat) pour y « entreposer son petit patrimoine, y tenir de petites réunions et y assurer l'administratif ».

 

Jean-Pierre Le Roux, 5 rue de l'Aéropostale à Poitiers. Tél. 05.49.59.78.49 et 06.82.57.28.97.
Mail : jpierreleroux@ free.fr
Le Secrétaire Olivier Sopt, 69 rue Carnot (bureau) à Poitiers. Tél. 05.49.47.17.52 et 06.77.31.57.05
Mail : aaledelavienne@ hotmail.com

Partager cet article
Repost0
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 18:35

Publié le 18/02/2016 à 03:51, Mis à jour le 18/02/2016 à 08:12

Cyclotourisme

 

 

La Solidaire est une randonnée cyclosportive caritative créée en 2010 par le 4e régiment étranger. Ce projet est l'occasion à la fois d'entretenir puis de développer les valeurs de solidarité et de dévouement chères à la Légion étrangère et de mettre en application de manière très concrète son code d'honneur, qui commande de ne jamais abandonner les siens, au combat comme dans la vie.

 

Action de solidarité pour le 4e régiment étranger et de la Légion étrangère, cette manifestation a pour but de lever des fonds au profit exclusif de l'institution des invalides de la Légion étrangère (IILE) à Puyloubier. Cette année, la course portée par Bernard Thévenet depuis sa création, sera parrainée par Charles Villeneuve et a plus particulièrement pour objectif de récolter des fonds d'un montant minimum de 120 000 € pour le financement de la réfection de la boucle d'eau chaude sanitaire, la réhabilitation du hangar déstockage extérieur, un portail coulissant.

 

 

La Solidaire se déroulera du 14 au 17 juin prochain ; elle partira de Castelnaudary pour y revenir et traversera les villes de Leucate et Mazamet, où les coureurs pourront se mesurer au pic de Nore dont l'ascension ne laisse aucun sportif indifférent. Le régiment des «fortes têtes» et les anciens de la Légion comptent sur vous. Il n'y a pas de petits dons !

 

https ://www.leetchi.com/c/solidarite-de-institution-desinvalides-de-la-legion-etrangere ou règlement par chèque à l'ordre du FELE à expédier à : Officier supérieur adjoint du 4e régiment étranger, quartier capitaine Danjou, 2400, route de Pexiora, 11452 Castelnaudary Cedex.

 

Légion

La Dépêche du Midi

Partager cet article
Repost0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 19:46

posté le lundi 08 février 2016

 

Au cours du week-end dernier, un de nos camarades, et non des moindres puisqu’il s’agit du général Christian Piquemal, a été placé en garde-à-vue, pour avoir participé à une manifestation interdite par le préfet du Nord.

 


En ma qualité de Président de l’Amicale des anciens légionnaires parachutistes et à titre personnel comme citoyen français, je tiens d’abord à exprimer ma solidarité au général Piquemal, et je lui adresse, à lui comme à ceux qui nous lirons, ces mots d’Antoine de Saint-Exupéry, qui me semblent tout à fait opportuns :

« Puisque je suis l’un d’eux, je ne renierai jamais les miens quoi qu’ils fassent :
– je ne parlerai jamais contre eux devant autrui ;
– s’il est possible de prendre leur défense, je les défendrai ;
– s’ils sont couverts de honte, j’enfermerai cette honte dans mon cœur et je me tairai ;
– quoi que je pense alors sur eux, je ne servirai jamais de témoin à charge
! »

 

Mais au-delà de cette solidarité, et sans remettre en cause les institutions françaises que nous tenons particulièrement à respecter, je tiens à me faire l’interprète de beaucoup de mes camarades, en exprimant notre étonnement de citoyen devant la manière dont cet incident a été géré et a pu ainsi déraper, par tant de maladresses, d’ambiguïtés et d’inopportunité !



D’abord avec beaucoup de maladresses, car si manifester en dépit d’une interdiction préfectorale n’est pas bien, on peut se demander si un regroupement, qui, apparemment n’était pas violent, méritait un tel traitement et la garde à vue volontaire d’un officier général ?



Ensuite avec beaucoup d’ambiguïté, car si l’on mettait en garde à vue tous ceux qui enfreignent quotidiennement et plus gravement la loi, il faudrait beaucoup de places dans les prisons françaises ; il suffit de penser aux zadistes, aux clandestins, aux bonnets de toutes les couleurs…. Depuis quand les Français ne seraient-ils pas égaux devant la loi ?



Enfin cette arrestation est particulièrement inopportune, car le sujet de l’immigration est à la fois complexe, grave et sensible et demande, avant tout de la part des services de l’Etat du calme et de la pondération ; or mettre un officier général en garde à vue ne règlera rien, mais, au contraire, ne fera qu’exacerber la situation … .

 

 

Général d'armée (2s) DARY

Président de l’Amicale des Anciens Légionnaires Parachutistes

(AALP)

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 18:39

Samedi 6 février à Calais, le Général (2s) Piquemal a participé à une manifestation organisée par le mouvement européen Pegida, qui réclamait un traitement gouvernemental du problème des migrants. Cette manifestation avait été interdite par la préfecture.

 

 

Le Général Piquemal a été interpellé par les forces de l’ordre et mis en garde à vue. Il sera présenté à un juge du tribunal de Boulogne-sur-Mer lundi 8 février après-midi, en comparution immédiate.

 

 

Tous ceux qui ont connu le Général Piquemal en activité, sont désolés de ces événements. Cependant, la FSALE précise que c’est à titre personnel qu’il a agi.

 

 

Aussi, toute initiative non concertée avec le bureau de la Fédération, serait de nature à transgresser l’article 7 de notre code d’honneur de l’ancien légionnaire :

« je m’interdis d’impliquer la Légion étrangère dans toute action politique ».

Il y va du maintien de la bonne image de la Légion étrangère.

 

                                          Le Général (2s) R. Gausserès

                                                        Président Fédéral

Partager cet article
Repost0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 18:37

Chers présidents, chers adhérents

 

En ma qualité de président de l'UNP, il ne m'appartient pas de me prononcer au fond sur les évènements de ce week-end.

 

En revanche, il est de ma responsabilité de veiller à ce que l'Union Nationale des Parachutistes respecte strictement ses statuts et son objet social et ne s'engage que sur les sujets qui en relèvent.


Devant les nombreux mails internes à l'Union qui se rapportent à ce sujet, je réitère avec vigueur que l'UNP n'est pas et ne sera pas partie prenante à ces évènements et qu'aucun de ses membres ne peut se prévaloir de son appartenance à l'UNP dans ces circonstances.

 

J'ajoute que sur ce point j'ai recueilli l'avis du général Cann et du général Chazarain qui l'un et l'autre ont approuvé ma ligne directrice et m'ont encouragé à faire preuve dans cette question de la plus grande fermeté.

 


Thierry CAMBOURNAC
général d'armée (2s)
président de l'UNP

Partager cet article
Repost0
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 17:58

Daniel Roucous

Mardi, 2 Février, 2016

onac.jpg

Doc Ministère des anciens combattants

Les anciens combattants et les victimes civiles de guerre et d’actes de terrorisme peuvent se constituer une retraite mutualiste et bénéficier d’autres avantages.

Chaque année, le Fisc actualise le montant déductible des impôts des versements destinés à la retraite mutualiste du combattant. Nous profitons de cette occasion pour rappeler les différentes aides dont peuvent bénéficier les anciens combattants y compris AFN et ex-colonies (voir INFOS +) mais aussi les victimes civiles de guerre ou leurs conjoints survivants.

Deux précisions :

- les victimes des attentats terroristes des 7 janvier et 13 novembre 2015 sont considérées par la loi comme des victimes civiles de guerre. C’est d’ailleurs le cas de toutes les victimes d’actes de terrorisme commis depuis le 1er janvier 1982.- article 26 de la loi n° 90-86 du 23 janvier 1990. En savoir plus ici http://www.fenvac.com/Droits-et-justice/l-indemnisation/article/l-indemnisation ainsi que notre article http://www.humanite.fr/indemnisation-des-victimes-des-attentants-le-point-590150

- par conjoints survivants d’un ancien combattant et assimilé (résistant, déporté et interné) ou d’une victime civile de guerre, on entend depuis 2006 les époux(ses), les concubins et partenaires d’un PACS survivants.

La retraite mutualiste

Il s’agit d’une retraite que tout ancien combattant et assimilé ainsi que toute victime de guerre et donc d'attentats terroristes peuvent souscrire auprès d’une des caisses gestionnaires agréées par l’Etat (CARAC, France mutualiste, ARAC, CNP etc.).

Ca vaut le coup puisque les versements en vue de constituer cette retraite sont déductibles des impôts dans la limite d’un plafond (majoration de l’Etat). Ce plafond s’établit au titre de l’imposition des revenus 2015 (déclarés en 2016) à 1 750 euros.

Les conditions pour la souscrire :

- être (au choix) titulaire de la carte du combattant (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1482 ) ou d’un TRN - titre de reconnaissance de la Nation ( https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1491 ) ou être reconnu comme une victime civile de guerre,

- cotiser auprès d’une des caisses ci-dessus pendant une durée qui varie de 4 ans en fonction de l’âge du demandeur,

- être âgé(e) de 50 ans et plus (pas de limite).

La retraite du combattant

Ce la n’a rien à voir avec la retraite mutualiste ci-dessus ni avec la retraite disons de vieillesse. Il s’agit d’un avantage personnel (non réversible au conjoint survivant) versé par l’Etat aux seuls anciens combattants titulaires de la carte du combattant dont les conditions sont précisées ici https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1482

Les titulaires d’un TRN n’y ont pas droit.

Son montant annuel est de 670,56 euros pour l’année 2016 et est versé en deux fois. Elle n’est pas attribuée d’office. Il faut donc la demander à l’office départemental de l’ONACVG (office national des anciens combattants et des victimes de guerre) dont l’adresse figure sur la carte d’ancien combattant.

Les conditions :

- être donc titulaire de la carte du combattant,

- avoir au moins 65 ans ou 60 ans pour les titulaires de l’ASPA (allocation de solidarité aux personnes âgées) OU les bénéficiaires d’une pension militaire d’invalidité au taux de 50% qui perçoivent aussi l’AAH (allocation aux adultes handicapés) ou l’ASI (allocation spéciale vieillesse ou assimilée (AVTS, allocation d’aide sociale aux personnes âgées).

Peuvent également en bénéficier, s’ils répondent aux conditions, les anciens combattants des ex-colonies (AFN, Sénégal, Madagascar, Indochine…).

L’assurance vieillesse

Les anciens combattants et assimilés peuvent demander la retraite professionnelle à taux plein dans les conditions exposées sur le site de la CNAV ici http://www.legislation.cnav.fr/Pages/expose.aspx?Nom=retraite_personnelle_ancien_combattant_prisonnier_guerre_ex

Concernant le nombre de trimestres requis pour une retraite à taux plein, il faut savoir que le temps passé au service national, à la guerre et en captivité est assimilé à une période d’assurance vieillesse à raison d’un trimestre par période de 90 jours. Notre article publié sur L’huma.fr : http://www.humanite.fr/les-trimestres-retraite-sur-votre-releve-de-carriere-576237

Quoiqu’il en soit à partir de ces informations, nous conseillons de contactez sa caisse de retraite.

Autres avantages

- la pension d’invalidité militaire ou victime civile http://www.defense.gouv.fr/sga/le-sga-a-votre-service/monde-combattant/pension-militaire-d-invalidite/pension-militaire-d-invalidite

- aides financières aux anciens combattants et aux victimes civiles de guerre https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R32585

- avantages fiscaux http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/371-PGP et demi-part supplémentaire http://www.impots.gouv.fr/portal/dgi/public/popup?espId=1&typePage=cpr02&docOid=documentstandard_3638

- indemnisation des victimes des attentats http://www.humanite.fr/indemnisation-des-victimes-des-attentants-le-point-590150

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 09:02

Mise à jour : 26/01/2016 12:55

Le 18 janvier 2016 lors d’une activité d’entrainement dans la zone d’exercice du groupe d’aguerrissement en montagne de Modane (Savoie), un détachement de cadres et légionnaires appartenant au 2e REG de Saint-Christol était emporté par une avalanche. Cinq légionnaires étaient décédés au moment de l’accident. Un sixième légionnaire, le 1re classe David HETENYI, a succombé à ses blessures le 25 janvier 2016.

L’armée de Terre s’associe à la douleur de sa famille et de ses proches et les assure de sa compassion et de son accompagnement.

Légionnaire de 1re classe David HETENYI

Agé de 23 ans, le légionnaire de 1re classe David HETENYI (né en Hongrie) avait rejoint les rangs de la Légion étrangère il y a un peu plus d’un an.

Souscrivant à un premier contrat de 5 ans le 5 décembre 2014, il effectue sa formation initiale au 4e régiment étranger (4e RE) de Castelnaudary où il se fait remarquer par son calme et sa rigueur dans tous les domaines. Il choisit alors d’intégrer le 2e régiment étranger de génie (2e REG) de Saint-Christol le 7 mai 2015.

Dès son arrivée au régiment, il montre de belles qualités de soldat et confirme une grande volonté de progresser en réussissant avec brio les stages de formation initiale à la fonction de sapeur de combat et de démineur. Persévérant et très motivé, c’est un bon camarade qui obtient d’emblée la confiance des chefs et de ses frères d’armes

Parfaitement intégré dans sa compagnie et maitrisant les savoir-faire du sapeur d’assaut, il montre de réelles capacités dans les domaines de la sécurité au combat et celui de la montagne où il se montre rustique et entreprenant ; c’est tout naturellement qu’il obtient son brevet d’alpiniste militaire le 29 septembre 2015.

Engagé avec sa compagnie pour réaliser une formation d’adaptation montagne hiver dans la région de Modane du 11 au 28 janvier 2016, le légionnaire de 1re classe David HETENYI est grièvement blessé dans une avalanche le lundi 18 janvier après-midi, dans le cadre d’un entraînement alpin. Evacué vers une structure hospitalière le jour même, il décède des suites de ses blessures le 25 janvier 2016. Il était célibataire sans enfant.

>>> Télécharger la biographie du légionnaire de 1re classe David HETENYI

Le bilan actuel est de 14 victimes : 6 sont décédées, 8 autres ont été blessées.

Les soldats décédés appartiennent tous au 2e régiment étranger de génie de Saint-Christol :

Droits : Armée de Terre 2016

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2016 4 28 /01 /janvier /2016 08:58

26/01/2016 Ouest France

Voici l'ordre du jour lu par le général Bosser, lors de la cérémonie d'hommage aux six légionnaires du 2e REG morts en montagne (photo AdT):

Officiers, sous-officiers, caporaux-chefs, caporaux, clairons, légionnaires et personnel civil du 2ème Régiment étranger de génie,
Dans l’histoire de votre régiment se succèdent les joies et les peines. Tantôt triomphants, tantôt meurtris, vous marchez toujours du même pas lent et sûr vers la gloire et la victoire. Une fois encore, vous avez été frappés dans votre chair. Six des vôtres sont tombés à l’entraînement. D’autres ont été blessés, certains grièvement. Je pense à eux en cet instant et les assure de mon indéfectible soutien. Nous sommes rassemblés ici pour rendre hommage à vos camarades de cordée, vos frères légionnaires, qui ont perdu la vie, et pour les accompagner vers leur dernière demeure.
C’est dans la vallée de la Maurienne que nos six frères d’armes ont trouvé la mort, dans cet univers à la fois rude et grandiose, sur ces hauteurs sauvages si chères aux soldats de la 27ème Brigade d’infanterie de montagne, sur cette terre française qu’ils avaient choisi de défendre en coiffant le képi blanc. Vous, qui reposez en paix, êtes devenus les héros d’une nouvelle page tragique de l’histoire de votre régiment, une page de sang, de peine, de douleur, de sacrifice, mais également d’engagement, d’effort, de dépassement de soi. Votre mort a été de celles que l’on n’attend pas. Vous êtes tombés en montagne, d’une façon imprévisible et brutale, malgré l’excellence de vos chefs auxquels je renouvelle mon entière confiance et que je soutiens dans cette épreuve. La grandeur du métier de soldat, consiste avant tout à accepter de donner sa vie, quelles que soient les circonstances. Vous y étiez prêts, vous l’aviez accepté en signant votre acte d’engagement. Vous étiez désireux de vous mesurer à la montagne, de vous confronter à ce milieu si exigeant. Vous étiez avides d’apprendre sur vousmême et de gagner en expérience.
Toi, Caporal-chef Touré LAMARANA, 33 ans, chef d’équipe calme et posé, intelligent et honnête, tu devais devenir sousofficier l’été prochain. Promis à une belle carrière, tu étais un légionnaire de grande classe.
Toi, Caporal Samuel SIMI, 26 ans, dynamique et toujours volontaire, tu étais animé d’un optimisme et d’un enthousiasme qui faisaient plaisir à voir. En quelques mois à peine, tu avais fait tiens l’esprit légionnaire et la fraternité d’armes.
Toi, Caporal Georghe PALADE, 21 ans, travailleur et vif d’esprit, tu étais venu chercher chez nous l’aventure et l’accomplissement de soi. Tu as trouvé la mort dans ces montagnes savoyardes qui incarnaient pour toi ces idéaux.
Toi, Caporal Lal Bahadur KHAPANGI, 24 ans, tu brillais par ton énergie et ton excellent état d’esprit. Tu savais que seul l’entrainement rigoureux pouvait forger le soldat d’élite, ton engagement permanent et total en attestait.
Toi, Caporal Denis HALILI, 21 ans, tu étais un remarquable sportif. Tu étais toujours volontaire, pour tout, parce que tu avais compris que c’est la fidélité dans les petites choses qui permet l’accomplissement des plus grandes.
Toi, Caporal David HETENYI, 23 ans, tu possédais une très grande intelligence de situation. Tu faisais également preuve de beaucoup de minutie dans la préparation comme dans l’accomplissement des missions. Tu étais, ainsi, un véritable professionnel.
Vous aviez tous en commun d’avoir frappé un jour à la porte de la Légion étrangère. Celleci vous avait alors accueillis en son sein. Vous, les « damnés de la terre entière », comme le dit la chanson, étiez devenus membres de cette nouvelle famille, dans laquelle il n’existe ni nationalité, ni race, ni religion. Vous aviez fait vôtre cette devise : « Honneur et Fidélité ». Originaires de Madagascar, d’Italie, de Moldavie, du Népal, d’Albanie ou de Hongrie, vous êtes aujourd’hui recouverts du même drapeau, celui d’un pays auquel vous avez tout donné sous la grenade à sept flammes. « La Légion ne pleure pas ses morts, elle les honore ».
Cadres et légionnaires du 2ème REG, c’est à vous désormais de prolonger l’oeuvre de vos camarades. Puisez, dans l’image de ces cercueils regroupés au milieu de vous, la force de vous relever et d’aller encore plus haut. Faites aujourd’hui le serment solennel de repenser à cet instant précis et à vos six camarades, à chaque moment de votre existence où le sac que vous portez vous semblera trop lourd !
Chères familles, je m’incline à présent devant votre douleur : sachez que l’armée de Terre toute entière et la famille Légion seront toujours présentes à vos côtés, notamment dans les moments difficiles que vous traverserez. Vous, parents, pouvez être fiers de vos fils. En s’engageant dans la Légion étrangère, ils ont témoigné des valeurs que vous leur aviez données en héritage. Pour vous, le grand silence a désormais commencé. Nos paroles ne sauront apaiser votre peine ; nous ne pouvons que vous promettre de toujours les honorer. LAMARANA, SIMI, PALADE, KHAPANGI, HALILI, HETENYI, nous tous, vos frères d’armes, nous ne vous oublierons pas. Au ciel, vous avez rejoint les neuf cadres et légionnaires de votre régiment tombés au champ d’honneur ou à l’entraînement. Reposez en paix à leurs côtés. Et que rien n’empêche le 2ème étranger de génie !

Partager cet article
Repost0