Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère d'Indre-et-Loire
  • : Ce blog présente toutes les activités de l'Amicale. Vous êtes invités à transmettre vos textes et photos pour enrichir ce blog soit en contactant le Président soit en écrivant à zeraldavert@gmail.com
  • Contact

Profil

  • AALE 37
  • Pierre LORAILLER 
- Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES 
- Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 
- Délégué AALP Région Centre.
  • Pierre LORAILLER - Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES - Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 - Délégué AALP Région Centre.

A.A.L.E. 37

Buts : Entretenir et développer les sentiments de camaraderie et de solidarité qui caractérisent la Légion Etrangère.

Pérenniser le souvenir du Combat de Camerone.

 

Président :

LORAILLER Pierre

Mail : zeraldavert@gmail.com

 

Composition du bureau directeur :

Président d’Honneur : Général de Brigade (2S) BREUILLE Eric (Ancien Chef de Corps du 1er REG)

Vice-Président : BERTHE Francis  (Ancien du 2ème REP)

Secrétaire et Trésorière : Mlle THERET Nadine

 

Administrateurs :  

DUPUIS Rémi

LEBIGRE Yannick

 

Contrôleur aux Comptes :

Lieutenant-Colonel LANGUIN Jean-Paul 

Adjoint : BARRE Jean

 

Porte-drapeaux :

BENYAHIA Hikmat

SPEGAGNE Dominique 

 

Recherche

Musique

5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 09:31

Éditorial du COM.LE du Képi blanc N° 775

En 1990, dans sa directive sur les traditions à la Légion étrangère, le général Le Corre, qui nous a quittés l’an dernier, écrivait : “La tradition peut se définir comme la manière d’agir ou de penser, transmise de génération en génération. Pour nous, légionnaires, elle est l’expression, léguée par nos anciens, de notre identité et de notre spécificité physique et morale. C’est-à-dire que les traditions ne se limitent pas à la célébration de nos fêtes, à notre uniforme, à nos chants et aux usages et coutumes qui nous distinguent des autres armes : ce ne sont là que les manifestations extérieures de traditions beaucoup plus profondes. Leur domaine est très vaste et nous les retrouvons dans beaucoup d’aspects de la vie de tous les jours, car elles sont le fondement de cet esprit de corps qui fait notre force. Elles sont les références de ce que j’appellerai la “société légionnaire”. Quelles que soient leur origine et leur ancienneté, les hommes qui composent la Légion étrangère ressentent plus ou moins distinctement leur appartenance à cette société, à cette famille. Nous constatons que la qualité des liens qui les attachent à la Légion est conditionnée par la connaissance et le respect de nos traditions”.

Les traditions de la Légion étrangère font donc partie intégrante de son patrimoine et de sa culture ; elles ont été forgées au fil des ans, elles sont aujourd’hui garantes de son identité et de son unité et elles restent un facteur essentiel d’intégration et de cohésion. Certaines sont très anciennes et trouvent leurs origines dans des coutumes antérieures à sa création. D’autres sont plus récentes ; leur adoption prouve la capacité de la Légion étrangère à s’adapter à son temps, et démontre que ces traditions ne sont pas figées, mais appelées à évoluer.

Ces traditions, léguées par nos anciens sont :
- au premier rang d’entre elles, le caractère sacré de la mission, mis en exergue par la commémoration du combat de Camerone, érigée en rite annuel ;
- la rigueur dans l’exécution, qui conditionne le succès de la mission ;
- la solidarité, qui est le ciment entre les légionnaires de toutes origines ;
- le culte du souvenir, qui est le trait d’union entre la Légion d’active, celle des anciens, et nos morts.
Quant au Code d’honneur, il est l’expression écrite de ces
valeurs.

Dans son remarquable ouvrage “Monsieur légionnaire”, le général Hallo, fait, au feu, chevalier de la Légion d’honneur par le général de Lattre de Tassigny à Colmar en 1945, puis officier du même ordre par le général Zeller en 1952, écrivait : “Le culte des traditions est pour la Légion étrangère à la fois le garant de son identité et le ferment indispensable à son éthique. Ses traditions sont nées d’un siècle et demi d’incessantes campagnes et du folklore des armées de l’Europe entière, de gestes d’héroïsme mille fois répétés, et de l’orgueil d’un corps qui tient lieu de Patrie. Ses traditions imprègnent maintenant sa vie, rythment son pas, président à ses fêtes, et engagent à jamais ceux qui servent dans ses rangs”.

C’est cet engagement à jamais du légionnaire, qui est en fait La tradition. Le recueil des traditions de la Légion étrangère, édité par le général commandant la Légion étrangère en 2005, le précise d’ailleurs clairement : “à l’instar de toute l’armée française, nous n’avons qu’une et une seule Tradition, c’est de “Servir”. Celle-ci est immuable. La finalité de ce recueil est d’en fixer les modalités d’application qui sont les traditions. Elles ne sont donc pas intangibles et il nous appartient de les faire vivre”.

Pour les faire vivre, attachons-nous d’abord à bien les connaître, puis à les transmettre avec foi aux plus jeunes. Nous sommes en effet tous responsables de l’héritage que nous transmettons à nos successeurs. Innovons, mais sélectionnons ce qui en vaut la peine, sans nous laisser infl uencer par les modes, ni permettre les déviations de coutume qui n’apportent rien à la Légion.

More majorum !

Partager cet article
Repost0

commentaires