Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère d'Indre-et-Loire
  • : Ce blog présente toutes les activités de l'Amicale. Vous êtes invités à transmettre vos textes et photos pour enrichir ce blog soit en contactant le Président soit en écrivant à zeraldavert@gmail.com
  • Contact

Profil

  • AALE 37
  • Pierre LORAILLER 
- Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES 
- Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 
- Délégué AALP Région Centre.
  • Pierre LORAILLER - Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES - Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 - Délégué AALP Région Centre.

A.A.L.E. 37

Buts : Entretenir et développer les sentiments de camaraderie et de solidarité qui caractérisent la Légion Etrangère.

Pérenniser le souvenir du Combat de Camerone.

 

Président :

LORAILLER Pierre

Mail : zeraldavert@gmail.com

 

Composition du bureau directeur :

Président d’Honneur : Général de Brigade (2S) BREUILLE Eric (Ancien Chef de Corps du 1er REG)

Vice-Président : BERTHE Francis  (Ancien du 2ème REP)

Secrétaire et Trésorière : Mlle THERET Nadine

 

Administrateurs :  

DUPUIS Rémi

LEBIGRE Yannick

 

Contrôleur aux Comptes :

Lieutenant-Colonel LANGUIN Jean-Paul 

Adjoint : BARRE Jean

 

Porte-drapeaux :

BENYAHIA Hikmat

SPEGAGNE Dominique 

 

Recherche

Musique

1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 17:54

Posté le lundi 19 janvier 2015

Par le Général(2S) Gilbert ROBINET, Secrétaire général de l’ASAF.

Dès le soir de la mémorable journée du dimanche 11 janvier 2015, j’ai cherché une formule, la plus lapidaire possible, capable de résumer le sentiment que j’avais ressenti l’après-midi même, alors que je me trouvais au milieu de deux millions de mes concitoyens au cœur de Paris.

Je savais bien que le « Je suis Charlie » n’était qu’un slogan, un énième avatar du « Ich bin ein Berliner » prononcé, à Berlin, par J.F. Kennedy, le 26 juin 1963, ou encore du « Nous sommes tous des Juifs allemands » scandé sur les barricades de mai 1968, à Paris, par solidarité envers Cohen-Bendit expulsé de France, le 21 du même mois. En outre, j’avais vu, tout autour de moi, des pancartes affirmant « Je suis juif » ou encore « Je suis flic ». Bref, il s’agissait, selon moi, d’autre chose de plus englobant et qui surpassait chacune de ces affirmations catégorielles. Pour ma part, si j’avais brandi une pancarte, on y aurait lu « Je suis français » et je ressentais confusément que c’était dans cette voie là que je devais chercher.

Et puis, deux jours plus tard, le miracle s’est accompli. Au milieu de la gangue constituée par la logorrhée qui se déversait sur les ondes et que rien ne semblait pouvoir endiguer, j’ai découvert la pépite dans la bouche d’Yves Thréard, directeur adjoint de la rédaction du quotidien Le Figaro, lorsqu’il a dit : « Moi, ce que j’ai ressenti, c’est un besoin de France ». Merci, monsieur Thréard d’avoir donné la juste réponse à la question qui me taraudait l’esprit.

En effet, pourquoi les Français étaient-ils venus si nombreux envahir de leurs masses compactes les principales artères de l’est parisien et de nombreuses villes de Province ? Lorsque, en 2012, l’assassin Mohamed Merah frappa deux « cibles » identiques à celles concernées par cette « marche républicaine », à savoir des personnes de confession juive, déjà, et des militaires, c'est-à-dire l’équivalent des policiers tués à Paris, car, comme eux, représentant les fonctions régaliennes de l’Etat, nul rassemblement de ce type n’avait été constaté. Les policiers qui avaient abattu le forcené, à Toulouse, dans les mêmes conditions que leur collègues à Dammartin ou Porte de Vincennes (où certains d’entre eux se trouvaient peut-être une nouvelle fois) n’avaient pas entraîné ces vagues d’ovations adressées à la police tout entière entendues à Paris et en Province en 2015.

Qu’y avait-il donc en plus ? Il y avait, outre la multiplicité des auteurs des crimes commis, trois au lieu d’un, une nouvelle cible : un journal. Qu’importe d’ailleurs la nature de ce journal qui, ne nous y trompons pas, sous ses aspects anarcho-satiriques, est éminemment politique dès lors qu’il affiche des positions on ne peut plus tranchées sur différents aspects de la vie de la cité. Cette cité, les barbares en ont franchi les remparts pour s’attaquer à la liberté de la presse qui, en France, n’est pas dissociable de la liberté tout court. Les Français ont alors compris que leur pays était attaqué au cœur. Ils se sont soulevés pour affirmer leur volonté de faire barrage à l’ennemi en même temps qu’ils ont lancé un appel à leurs gouvernants : « Nous savons maintenant que nous sommes en guerre. Dites-nous très exactement qui est notre ennemi et donnez-nous les moyens de le combattre et de le vaincre »

Monsieur le président de la République, vous qui vous obstinez à ne pas qualifier d’islamistes ceux que vous vous contentez de nommer terroristes, ce à quoi vous avez assisté, ce dimanche 11 janvier, c’est à une insurrection. Au cœur des quatre millions de citoyens qui ont marché, ce jour là, dans toute la France, accompagnés de beaucoup de drapeaux tricolores, ont jailli spontanément des Marseillaise entonnées majoritairement par de jeunes poitrines. Ces citoyens ont, comme en 1792, décrété la patrie en danger. Ils exigent que l’on ne se cache plus derrière les mots (ou l’absence de mots) et comprennent que l’on ne peut plus, pour assurer notre sécurité, se reposer sur les seuls juges.

Imaginerait-on un chef militaire commander à ses hommes « A l’assaut ! » sans leur avoir préalablement désigné leur ennemi ? Or, si d’aucuns s’interrogeaient encore sur le bien-fondé de la présence de nos soldats au Sahel ou en Irak, ils connaissent aujourd’hui la réponse. Depuis les attentats du RER, à Paris, en 1995, soit depuis 20 ans, notre pays est régulièrement attaqué. C’est donc en situation de légitime défense que nous luttons contre notre ennemi en deux échelons, comme disent les militaires, c'est-à-dire à l’avant, pour l’éradiquer dans ses sanctuaires africains ou moyen-orientaux et, maintenant, en deuxième ligne, sur le territoire national. C’est le même combat et c’est d’ailleurs pratiquement le même effectif qui est engagé sur chacun de ces deux fronts alors même que l’on n’a pas cessé, depuis huit ans maintenant, de réduire le format des armées devenu aujourd’hui notoirement insuffisant.

Une semaine après les événements tragiques survenus chez-nous, nos amis belges et allemands intervenaient en urgence pour enrayer des attentas imminents. En Belgique, des ennemis, les mêmes que les nôtres, ceux qui ont déclaré la guerre à l’Occident tout entier, luttaient les armes à la main contre les forces de police jusqu’au sacrifice de leur vie qui, pour eux, n’a pas plus d’importance que celle de leurs victimes. Il reste donc à espérer désormais que nos voisins européens deviennent de véritables alliés et s’engagent à nos côtés sur les théâtres extérieurs pour un combat commun. Le temps presse. Ceux qui partent aujourd’hui en Syrie ou ailleurs pour y faire le djihad ne sont pas tous les fruits de la misère sociale comme on veut nous le faire croire. Des ingénieurs, des avocats rejoignent les sanctuaires djihadistes pour s’y « former » puis reviennent dans leur pays d’origine afin d’endoctriner les plus jeunes. A ce rythme, ce n’est pas dans 200 écoles que des enfants de douze ans trouveront normal, demain, que des caricaturistes de Mahomet soient assassinés, mais il sera peut-être difficile de trouver 200 écoles où de tels propos ne seront pas tenus.

Ecoutons la voix d’un homme que l’on ne peut accuser d’être un boutefeu ou un va-t-en guerre. Il s’agit de monseigneur Luc Ravel, évêque aux armées, qui, à propos des attentats, s’est exprimé ainsi, dans une homélie, à Saint-Louis des Invalides : « Derrière les différences de lieux et de cibles, les tueurs se réclament du même label. Il s’agit du même combat. Rien ne nous empêche de nommer ce combat : c’est une guerre (…). Cette guerre cherche à s’emparer d’un peuple tout entier par la force et par la peur (…). C’est bien la nation qu’on cherche à détruire ».

Les Français ont besoin de retrouver leur pays qu’ils sentaient, depuis de trop longues années, partir à la dérive comme un navire désemparé. Ils ont confiance en leur police et en leur armée car ils savent qu’on y trouve des hommes et des femmes prêts à sacrifier leur vie pour assurer leur sécurité. Ils n’ont pas peur des terroristes, mais ils ont peur de la faiblesse de leurs gouvernants. Le 11 janvier 2015, le peuple français s’est montré grand. Il s’est repris à espérer et sa déception serait terrible.

Gilbert ROBINET

Partager cet article
Repost0

commentaires

Colonel Bolz 01/02/2015 18:55

Je retiens cette phrase : ils n'ont pas peur des terroristes ......
Je ne suis cependant pas optimiste pour l'avenir. ; le " soufflé " va retomber ! Notre pays va continuer à recevoir ceux qui par conviction nous haïssent.Hélas !