Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère d'Indre-et-Loire
  • : Ce blog présente toutes les activités de l'Amicale. Vous êtes invités à transmettre vos textes et photos pour enrichir ce blog soit en contactant le Président soit en écrivant à zeraldavert@gmail.com
  • Contact

Profil

  • AALE 37
  • Pierre LORAILLER 
- Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES 
- Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 
- Délégué AALP Région Centre.
  • Pierre LORAILLER - Ancien Caporal au 1er R E P et de la Police Militaire à SIDI BEL ABBES - Président de l’AALE d’Indre et Loire depuis le 01/01/2003 - Délégué AALP Région Centre.

A.A.L.E. 37

Buts : Entretenir et développer les sentiments de camaraderie et de solidarité qui caractérisent la Légion Etrangère.

Pérenniser le souvenir du Combat de Camerone.

 

Président :

LORAILLER Pierre

Mail : zeraldavert@gmail.com

 

Composition du bureau directeur :

Président d’Honneur : Général de Brigade (2S) BREUILLE Eric (Ancien Chef de Corps du 1er REG)

Vice-Président : BERTHE Francis  (Ancien du 2ème REP)

Secrétaire et Trésorière : Mlle THERET Nadine

 

Administrateurs :  

DUPUIS Rémi

LEBIGRE Yannick

 

Contrôleur aux Comptes :

Lieutenant-Colonel LANGUIN Jean-Paul 

Adjoint : BARRE Jean

 

Porte-drapeaux :

BENYAHIA Hikmat

SPEGAGNE Dominique 

 

Recherche

Musique

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 14:03

Alors que nous célébrons le 150e anniversaire du combat de Camerone, à Aubagne autour de tous les emblèmes de la Légion étrangère, au Mexique où une délégation nous représente, dans nos régiments avec quelques heures de décalage et partout où se regroupent d'anciens légionnaires, voilà un moment privilégié pour réfléchir au sens de cette commémoration unique au monde et qui donne une identité forte à ces "hommes sans nom".

L'exemplarité

Le comportement ex emplaire des officiers français a suscité une adhésion totale, jusqu'au bout. Face à une mort probable, le capitaine Danjou fait prêter serment de fidélité à ses hommes. Et lorsqu'il tombe au milieu d'eux, en exemple, il force l'admiration dont parlera le caporal Berg dans son récit du combat. Il est immédiatement remplacé par le souslieutenant Vilain qui tombera à son tour. L'héroïsme des légionnaires est édifiant jusqu'au dernier geste. Sous l'impulsion de leurs chefs, ils ont fait leur devoir avec une totale abnégation, dans l'acceptation du sacrifice.

L'honneur

Le récit de cette bataille témoigne de la fierté de toute l'armée française. "Dans ce glorieux combat, tout le monde a fait son devoir" écrit le Maréchal Forey commandant le corps expéditionnaire au Mexique, le 30 août 1863. Quant au commandant Regnault, commandant par intérim le 1er Régiment étranger, il "exprima sa conviction qu'en pareille circonstance, il n'est pas une seule compagnie de l'armée qui ne fit comme la 3e compagnie du 1er Régiment étranger qui a montré à un ennemi, combattant à 30 contre 1, ce que sont les soldats de la France". Grande fi erté pour l'armée française et pour la France en pensant que ce comportement exemplaire est celui d'une troupe composée d'étrangers. Abnégation suprême ! Ce combat gagne progressivement un rayonnement mondial et devient une référence. Une promotion de Saint Cyr choisit le nom du centenaire de Camerone. Elle est aujourd'hui même au Mexique pour fêter ses 50 ans ! Cette cérémonie est surtout l'occasion de réaffirmer l'idéal d'honneur et de fidélité de tous ceux qui ont un jour coiffé le képi blanc.

Hier comme aujourd'hui, des valeurs de référence pour le légionnaire

Ce combat nous rappelle que la mission est sacrée. Et le sacrifi ce de ces hommes est victorieux. Il permet de préserver le convoi logistique et les deniers de l'État (en numéraires). Grâce à l'action de cette compagnie, les troupes de siège sont ravitaillées et la ville de Puebla tombe quelques jours plus tard. Le corps expéditionnaire entre dans Mexico le 10 juin 1863 ! Liés à leur chef par un serment, les légionnaires témoignent de leur indéfectible fidélité et de la force d'une parole donnée. Ils la redonnent face à la mort. Ces légionnaires expriment le sens de la mission : l'honneur veut qu'on ne se rende pas tant que l'on peut se servir d'une arme. La mission est sacrée, tu l'exécutes jusqu'au bout... La mort au combat n'est bien sûr pas une fin en soi. Mais si elle se présente, elle couronne une seconde vie, reconstruite et totalement donnée, celle du légionnaire qui a pris un nouveau départ en s'engageant et qui donne tout à sa patrie d'adoption. Sa première vie est oubliée, la seconde est honorée dans ce culte du souvenir. Les exigences de rigueur imposées dans la vie courante, dès le temps de paix, portent leurs fruits : le combat est mené avec un exceptionnel sang-froid et une incroyable discipline de feu. Avec 60 cartouches chacun, ils ont tenu toute la journée, en imposant des pertes sévères : près de 600 morts ou blessés. Enfin, ce combat illustre l'inaltérable volonté des légionnaires et leur culte de l'effort. Ils ont accompli la mission sans jamais faiblir ni douter, parce qu'elle leur avait été fixée !

Une cérémonie structurante

L'esprit de Camerone se retrouve dans le code d'honneur du légionnaire. Il offre des repères et inspire toute la pédagogie interne à la légion étrangère. Aujourd'hui comme hier, cet esprit aide le légionnaire à atteindre des résultats incontestables. Au cours de la cérémonie, chacun renouvelle son propre serment de fidélité à la mission, à la parole donnée et à la France.

Je vous souhaite une très belle commémoration du 150e anniversaire du combat de Camerone.

 

Général Christophe de Saint Chamas,
commandant la Légion étrangère

Source : Képi Blanc magazine
Crédit : Légion étrangère

Partager cet article
Repost0

commentaires